Transmission de la technologie et innovation

Transmission de la technologie et innovation (Özak, 2018)

Dans le modèle de croissance unifiée, le rôle de la technologie est primordial. En particulier, la croissance technologique, active depuis toujours, permet le changement d’époque. Pour tant, comprendre les sources qui permettent l’avancement technologique aide a mieux comprendre les différences et les inégalités en termes de revenu per capita qu’on observe aujourd’hui. Dès nos jours, il est raisonnable de penser que la technologie se répand depuis la “frontière technologique” vers des tiers pays grâce, en part, au commerce.1 Pour tant, en principe, les régions plus proches de cette frontière auront un avantage car il est plus facile et moins couteux d’imiter ce qui est crée en frontière. De même, il prends moins de temps pour qu’une technologie arrive à un endroit proche de la frontière, et donc, il on va l’adapter avant.

Le papier d’Özak (2018) remporte ces considérations à l’époque Malthusienne. De manière surprenante, il montre comment dans cette époque, le rôl de la distance à la frontière technologique était assez différent. Vu que le commerce importait moins à l’époque, Özak propose que la distance à la frontière aura un effet en forme de U sur le développement. Ainsi, les régions proches à la frontière reçoivent les nouvelles technologies rapidement; comme aujourd’hui. Par contre, il indique qu’en les régions lointaines est nécessaire un processus d’adaptation technologique: il faut du temps et de la pensée pour adapter les nouvelles technologies à un environment qui ne ressemble pas à ce d’origine. Ainsi, en régions lointaines, les gens se spécialisent à penser et adapter la technologie. Même, il est parfois possible que les nouvelles technologies n’arrivent jamais ou que les adaptations soient impossible si l’environnement est très différent ou la distance trop large. Dans ce cas, on espère que les régions lointaines soient inventives et créent leur propre technologie. Enfin, Özak considére que loin de la frontière une culture qui valorise la créativité émerge. Selon cette vision, les zones à une distance vers la frontière moyen seront les plus défavorisés: elles ne reçoivent pas beaucoup de technologie, mais elles ne n’adaptent ni en créent non plus.

Diffusion technologique

Si on pense à l’époque Malthusienne, la transmission des connaissances techniques impliquait le déplacement de gens qui savaient opérer la technologie ou la produire.2 Par contre, le transport physique des engins et machines ne semble pas avoir eu de l’importance si on considére que le taille du commerce était inférieure. C’est-à-dire, quand on voulait imiter une nouvelle technologie, on cherchait quelqu’un qui avait déjà travaillé avec la technologie.

  • Les créateurs d’instruments de précision sont arrivés au Royaume-Uni depuis l’Allemagne. Humfray Cole, créateur anglais, était apprenti de Thomas Gemini, habitant à Louvain en Belgique, et lui avait étudié en Allemagne.
  • Fibonacci apprenait l’algèbre des Arabes pendant les voyages de son père, et ensuite l’introduisait en Europe.
  • La plupart d’essais pour produire de la porcelaine en Europe furent inutiles, à exception faite d’une technique développé en Saxe et gardé sécrète. Il fallait qu’un prêtre Jésuite français copiait la recette à l’aide des catholiques chinois.
  • Le monopole dans la production des miroirs de haute qualité qu’avait Murano ne finissait jusqu’à le roi français Louis XIV embauchait un producteur de Murano. En représailles, le syndicat des miroirs de Murano emprisonnait les familles de producteurs qui avait dévoilé leur secret.

Pour tant, le plus loin qu’on était de la frontière technologique, le plus difficile il est de recevoir une nouvelle technologie de manière directe. En plus, quand une nouvelle technologie arrive, il est fort probable qu’elle nécessite un processus d’adaptation à l’environnement local: par exemple, avec un climat assez différent une copie directe serait inutile. C’est le cas avec les cathédrales gothiques: l’implémentation exacte change d’une région à l’autre. De plus, il est tout à fait possible qu’il soit moins couteaux de créer des innovations plutôt que d’adapter une technologie. Par exemple, l’agriculture, la boussole et le nombre zéro ont été inventés à plusieurs reprises. De manière résumée, Özak propose que ces deux effets conduisent à une plus grande créativité dans les régions qui sont loin de la frontière technologique. Ainsi, ces zones deviendront des clusters d’innovation et adaptation.

Ozak__2018_Figure_3

Prédiction et validation

En premier lieu, Özak construit une nouvelle mesure de distance à la frontière technologique basée sur l’idée de la distance géographique et la difficulté pour traverser un terrain. Ainsi, les régions qui sont plates sont faciles à traverser, les montagnes ajoutent de la difficulté, les terrains verglacés ou marécageux demandent plus de temps à les croiser, etc. Ozak__2018_Figure_4 Ensuite, il faut connaître où se trouve la frontière technologique et il est important de remarquer que la frontière technologique peut:

  • Être multiple: si, par exemple, plusieurs régions dominent différents aspects technologiques: agriculture et mathématique.
  • Peut changer avec le temps.

Selon les historiens, pendant l’année 1 la frontière était en l’est méditerranéen; pendant l’année 1000 en Irak; pendant 1500 aux Pays-Bas; et en 1750 au Royaume-Uni. Enfin, on peut calculer le temps qu’il faut pour se rendre à la frontière depuis n’importe où, en marchant à pied et utilisant la route la moins couteuse: Ozak__2018_Figure_5

Parmi plusieurs prédictions qu’Özak fait, nous allons en voir quelques-unes.

  • En 1500, on espère une relation en forme de U entre la distance au Pays Bas (NDL) et la sophistication technologique. Ozak__2018_Table_1 Les résultats peuvent s’interpréter de la manière suivante: pendant 1500, la pire situation était se localiser à 6.4 semaines à pied des Pays-Bas. S’approcher ou s’éloigner une déviation standard, augmente le niveau technologique de 24%.
  • La frontière pendant 1750 était le Royaume-Uni. Ainsi, on espère un résultat similaire à ce d’avant pour le présent: les pays qu’aujourd’hui sont très proches ou très loin du Royaume-Uni se sont bénéficié du point vu technologique. En plus, aujourd’hui on espère qu’un plus grand développement technologique se révèle en revenu per capita et, pour tant, il devrait exister une relation en forme de U entre:
    • Le niveau technologique de chaque pays et la distance à pied et par route la moins coûteuse au Royaume-Uni
    • Le revenu per capita de chaque pays et la distance à pied et par route la moins coûteuse au Royaume-Uni Ozak__2018_Table_9
  • Comment la frontière technologique change de place lors du temps, on peut comparer c’est qui se passe chaque fois qu’elle bouge. Comme la distance à la frontière a un effet en forme de U sur la technologie, et vue la que technologie est importante pour le développement, on devrait constater aussi un relation en forme de U entre la distance à la frontière et la densité de population. Ozak__2018_Table_5
  • Si vraiment les régions loin de la frontière devaient être innovantes pour adapter et créer des nouvelles technologies, les pays qui ont passé plus de temps loin de la frontière seront plus créatifs. Il est possible de mesurer la créativité utilisant le nombre de brevets par personne. Ozak__2018_Table_11

  1. L’idée de frontière technologique essai d’exprimer le fait qu’il y a toujours un ou plusieurs pays qui dominent la scène technologique. Par exemple, les États-Unis sont aujourd’hui la frontière technologique; pour certains domaines la Chine est aussi la frontière, etc. ↩︎

  2. En plus, il y a des technologies qui sont immobiles: système de rotation des champs, canaux, élevage d’animaux, etc. ↩︎

Previous
Next